fbpx

« C’est une joie d’être curé, c’est une grâce »

A Marines, une petite ville du Val d’Oise, on rencontre un prêtre heureux. Le père Martin Tachoires le dit lui-même, d’emblée : « Cela fait sept ans que je suis curé. C’est une joie d’être curé, c’est une grâce. »

Tout petit déjà, dès 7-8 ans, il voulait être prêtre. Vocation précoce, qui a été mûrie au fil du temps, qui s’est structurée et dessinée plus nettement à la fin de l’adolescence – une entrée au séminaire après une école de commerce, l’ordination il y a 15 ans, différentes expériences avec notamment la Pastorale des jeunes. Et puis, il y a sept ans, l’arrivée à Marines comme curé. Impressionnante, cette première charge de paroisse… Quelle pastorale mener ? Quelle attitude adopter avec l’Equipe d’animation pastorale ? Quel curé être ?

Pasteurs selon mon cœur 

Dans le cadre de la Pastorale des jeunes, son évêque lui avait demandé de suivre la formation Pasteurs selon mon Cœur. Il n’avait pas charge de paroisse alors : l’expérience était donc un peu déconnectée de la réalité. Mais, devenu curé, il a décidé de tenter l’expérience, de mettre en pratique ce qu’il avait vu, appris, à Pasteurs selon mon Cœur, d’en faire sa pastorale. Après un an à écouter ses paroissiens, à apprendre à les connaître, il s’est lancé. Malgré certaines réticences, il a convaincu a entraîné son Equipe d’animation pastorale et l’aventure a débuté !

« Pour moi, c’est vraiment une très belle aventure, la transformation pastorale, nous dit-il. C’est une super aventure de curé, de prêtre : ça valorise la mission du curé de paroisse. J’étais décidé à vouloir faire tout ce que je pouvais et à me sanctifier dans ma vie de prêtre, de curé. Avec la transformation pastorale, la paroisse peut devenir un lieu de conversion, les gens peuvent s’y impliquer dans la joie. Il y a beaucoup d’amour qui peut être vécu, l’Eglise peut croître. »

Bienveillance et confiance

Sa première impression de Pasteurs selon mon Cœur lors de la formation ? La bienveillance, la « marque » d’Alpha, l’influence anglo-saxonne peut-être. En tout cas quelque chose qui correspond bien à l’Evangile et un cadeau bienvenu pour les prêtres. 

« Ce climat de bienveillance, d’encouragement, on en a vraiment besoin, confie-t-il. J’ai beaucoup aimé l’estime que les personnes qui animent Pasteurs selon mon Cœur avaient pour les prêtres, pour le sacerdoce, une action de grâce pour notre ministère. Cela nous rappelle la beauté de notre sacrement, de notre ordination. C’est bon d’être entouré de gens qui s’en réjouissent et qui sont reconnaissants du don qu’on fait de notre vie. Ils ont un a priori vraiment positif sur les prêtres et donc ils nous font confiance. Ils savent qu’on peut faire de belles choses. »
Cette bienveillance imprègne d’ailleurs son ministère, sa relation avec son Equipe d’animation pastorale, les « disciples » de son ministère. On le sent enthousiaste pour son équipe. Il se réjouit de pouvoir compter sur eux, de pouvoir porter avec eux le proj